Page:La Fontaine - Fables choisies, Barbin 1692, tome 3.djvu/26

La bibliothèque libre.
Cette page a été validée par deux contributeurs.
25
LIVRE I.

L’onde eſtoit tranſparente ainſi qu’aux plus beaux jours ;
Ma commere la carpe y faiſoit mille tours
Avec le brochet ſon compere.
Le Héron en euſt fait aiſément ſon profit :
Tous approchoient du bord, l’oiſeau n’avoit qu’à prendre ;
Mais il crût mieux faire d’attendre
Qu’il eût un peu plus d’appetit.
Il vivoit de regime, & mangeoit à ſes heures.
Apres quelques momens l’appetit vint ; l’oiſeau
S’approchant du bord vid ſur l’eau
Des Tanches qui ſortoient du fond de ces demeures.
Le mets ne luy plut pas ; il s’attendoit à mieux ;
Et montroit un gouſt dédaigneux
Comme le rat du bon Horace.