Page:La Fontaine - Fables choisies, Barbin 1692, tome 3.djvu/44

La bibliothèque libre.
Cette page a été validée par deux contributeurs.

D’ardent courroux n’épargnoient nuls moyens
De peupler l’air que reſpirent les ombres :
Tout element remplit de citoyens
Le vaſte enclos qu’ont les royaumes ſombres.
Cette fureur mit la compaſſion
Dans les eſprits d’une autre nation
Au col changeant, au cœur tendre & fidèle.
Elle employa ſa mediation
Pour accorder une telle querelle.
Ambaſſadeurs par le peuple Pigeon
Furent choiſis, & ſi bien travaillerent,
Que les Vautours plus ne ſe chamaillerent.
Ils firent treve, & la paix s’enſuivit :
Helas ! ce fut aux dépens de la race
A qui la leur auroit deu rendre grace.
La gent maudite auſſi-toſt pourſuivit
Tous les pigeons, en fit ample carnage,