Page:La Fontaine - Fables choisies, Barbin 1692, tome 3.djvu/48

La bibliothèque libre.
Cette page a été validée par deux contributeurs.

La Mouche en ce commun beſoin
Se plaint qu’elle agit ſeule, & qu’elle a tout le ſoin ;
Qu’aucun n’aide aux chevaux à ſe tirer d’affaire.
Le Moine diſoit ſon Bréviaire ;
Il prenoit bien ſon temps ! une femme chantoit  ;
C’eſtoit bien de chanſons qu’alors il s’agiſſoit  !
Dame Mouche s’en va chanter à leurs oreilles,
Et fait cent ſottiſes pareilles.
Aprés bien du travail le Coche arrive au haut.
Reſpirons maintenant, dit la Mouche auſſi-toſt :
J’ay tant fait que nos gens ſont enfin dans la plaine.