Page:La Fontaine - Fables choisies, Barbin 1692, tome 3.djvu/49

La bibliothèque libre.
Cette page a été validée par deux contributeurs.

Cà, Meſſieurs les Chevaux, payez-moy de ma peine.

Ainſi certaines gens, faiſant les empreſſez,
S’introduiſent dans les affaires.
Ils font par tout les néceſſaires ;
Et, par tout importuns devroient être chaſſez.