Page:La Fontaine - Fables choisies, Barbin 1692, tome 3.djvu/97

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Eh n’as-tu pas cent ans ? trouve-moy dans Paris
Deux mortels auſſi vieux, trouve-m’en dix en France.
Je devois, ce dis-tu, te donner quelque avis
Qui te diſpoſaſt à la choſe :
J’aurois trouvé ton teſtament tout fait,
Ton petit fils pourveu, ton baſtiment parfait ;
Ne te donna-t-on pas des avis quand la cauſe
Du marcher & du mouvement,
Quand les eſprits, le ſentiment,
Quand tout faillit en toy ? Plus de gouſt, plus d’oüie :
Toute choſe pour toy ſemble eſtre évanoüie :
Pour toy l’aſtre du jour prend des ſoins ſuperflus :