Page:La Pérouse - Voyage de La Pérouse, Tome 1.djvu/103

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
24
VOYAGE

si, dans les parties qui ne sont pas encore connues, il ne se trouverait pas quelque rivière, quelque golfe resserré, qui pût ouvrir, par les lacs de l’intérieur, une communication avec quelque partie de la baie d’Hudson.

Il poussera ses reconnaissances jusqu’à la baie de Béhring et au mont Sant-Elias, et il visitera les ports Bucarelli et de los Remedios, découverts en 1775 par les Espagnols.

Le sound du Prince-Williams et la rivière de Cook ayant été suffisamment reconnus, il ne cherchera point à les visiter ; et, de la vue du mont Sant-Elias, il dirigera sa route sur les îles de Shumagin, près la presqu’île d’Alaska.

Il visitera ensuite l’archipel des îles Aleutiennes (note 42), et successivement les deux groupes d’îles à l’Ouest de ces premières, dont la vraie position et le nombre sont ignorés, et qui toutes ensemble forment, avec les côtes d’Asie et d’Amérique, le grand bassin ou golfe du Nord.

Quand cette reconnaissance sera terminée, il relâchera au port d’Avatscha (note 43) ou Saint-Pierre et Saint-Paul, à l’extrémité Sud-Est de la presqu’île de Kamtschatka. Il tâchera d’y être rendu vers le 15 ou le 20 de septembre ; et ce port sera le cinquième rendez-vous, en cas de séparation.

Il y pourvoira avec diligence au besoin de ses bâtimens, et prendra les informations nécessaires pour être assuré d’y trouver des provisions lorsqu’il y reviendra en 1788.

Il combinera ses opérations de manière à pouvoir appareiller dans les dix premiers jours d’octobre.

Il longera et reconnaîtra toutes les îles Kuriles (note 44),