Page:La Pérouse - Voyage de La Pérouse, Tome 1.djvu/106

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
27
DE LA PÉROUSE.

Il pourra relâcher à l’île de Tinian ; mais il combinera la durée de son séjour et sa route ultérieure, avec la mousson du Nord-Est, qui ne commence qu’en octobre au Nord de la Ligne ; de manière qu’en quittant l’île de Tinian, il puisse longer et reconnaître les nouvelles Carolines (note 49), situées dans le Sud-Ouest de l’île de Guaham, l’une des Mariannes, et dans l’Est de celle de Mindanao, l’une des Philippines. Il poussera cette reconnaissance jusqu’aux îles de Saint-André.

Il relâchera ensuite à l’île de Mindanao, dans le port situé à la côte méridionale de l’île, derrière celle de Sirangam.

Après une station de quinze jours, employée à s’y approvisionner de rafraîchissemens, il fera route pour les îles Moluques, et pourra mouiller à Ternate, pour s’y procurer un supplément de provisions.

Comme la mousson du Nord-Ouest, qui règne alors au Sud de la Ligne, ne permettrait pas de venir passer par le détroit de la Sonde, il profitera de la variation des vents dans le voisinage de l’Équateur, pour passer entre Céram et Bourro, ou entre Bourro et Bouton (note 50), et il cherchera à débouquer entre quelques-unes des îles à l’Est ou à l’Ouest de Timor (note 51).

Il est probable qu’ayant alors dépassé le parallèle de 10 degrés Sud, il se trouvera hors de la mousson du Nord-Ouest, et qu’il pourra facilement, avec les vents de la partie de l’Est et du Sud-Est, s’avancer vers l’Ouest,