Page:La Pérouse - Voyage de La Pérouse, Tome 1.djvu/36

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
xxix
PRÉLIMINAIRE.

instrumens, ont changé les rapports de distance établis entre les méridiens des observatoires de Paris et de Greenwich. Cette différence qui était de 2d 19′, a été reconnue être de 2d 20′ : s’il s’agissait même d’une précision rigoureuse, il faudrait la porter à 2d 19′ 15″, ou 9′ 21″ de temps, à cause de l’aplatissement, en le supposant à suivant les observations de l’astronome Lalande, dont tout le monde connaît le mérite, et dont les calculs réunissent à un très-haut degré la clarté et la précision.

L’idée du méridien commun que je présente à la tête d’un journal de grande navigation, est née des réflexions que m’a suggérées l’examen de cet ouvrage en le rédigeant ; elle m’a souri au milieu de mon travail : elle peut bien n’être pas généralement goûtée ; mais il m’est permis de faire des vœux pour son adoption, jusqu’à ce que les inconvéniens, s’il en est, en soient démontrés.

Ce nouveau méridien laisse du moins nos immenses matériaux en géographie dans toute