Page:La Pérouse - Voyage de La Pérouse, Tome 1.djvu/56

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
xlix
PRÉLIMINAIRE.

autre côté, mûri par une longue expérience, il joignait à une prudence rare, cette fermeté de caractère qui est le partage d’une ame forte, et qui, augmentée par le genre de vie pénible des marins, le rendait capable de tenter et de conduire avec succès les plus grandes entreprises.

D’après la réunion de ces diverses qualités, le lecteur, témoin de sa patience rigoureuse dans les travaux commandés par les circonstances, des conseils sévères que sa prévoyance lui dictait, des mesures de précaution qu’il prenait avec les peuples, sera peu étonné de la conduite bien-faisante et modérée autant que circonspecte de la Pérouse à leur égard, de la confiance, quelquefois même de la déférence, qu’il témoignait à ses officiers, et de ses soins paternels envers ses équipages : rien de ce qui pouvait les intéresser, soit en prévenant leurs peines, soit en procurant leur bien-être, n’échappait à sa surveillance, à ses sollicitudes. Ne voulant pas faire d’une entreprise scientifique une spéculation mercantile, et laissant tout entier le