Page:La Pérouse - Voyage de La Pérouse, Tome 1.djvu/66

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
lix
PRÉLIMINAIRE.

même ambitionné de commander l’expédition qui lui fut confiée ; il eût voulu pouvoir s’y refuser, et lorsqu’il en accepta le commandement, ses amis savent qu’il ne fit que s’y résigner.

» Heureusement nous savons la route qu’il faut suivre dans une aussi douloureuse recherche ; heureusement nous pouvons remettre à ceux qui seront chargés de cette touchante mission, le fil conducteur du périlleux labyrinthe qu’ils auront à parcourir.

» La proposition d’une recherche que l’humanité commande, ne peut être portée à cette tribune pour y être combattue par la parcimonie, ou discutée par la froide raison, quand elle doit être jugée par le sentiment.

» Cette expédition sera pour M. de la Pérouse, ou pour sa mémoire, la plus glorieuse récompense dont vous puissiez honorer ses travaux, son dévouement ou ses malheurs. C’est ainsi qu’il convient de récompenser.

» De pareils actes illustrent aussi la nation qui sait s’y livrer ; et le sentiment d’humanité qui les