Page:La Pérouse - Voyage de La Pérouse, Tome 1.djvu/65

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
lviii
DISCOURS

à toutes les îles de ces archipels immenses qui offrent tant de dangers aux navigateurs ? peut-on visiter tous les golfes, pénétrer dans toutes les baies ? ne peut-on pas même, en attérissant à l’île qui les recélerait, aborder dans un point, et les laisser dans un autre ?

» Sans doute les difficultés sont grandes, le succès est plus qu’inespéré ; mais le motif de l’entreprise est puissant. Il est possible que nos frères malheureux nous tendent les bras, il n’est pas impossible que nous les rendions à leur patrie ; et dès-lors il ne nous est plus permis de nous refuser à la tentative d’une recherche qui ne peut que nous honorer. Nous devons cet intérêt à des hommes qui se sont dévoués ; nous le devons aux sciences, qui attendent le fruit de leurs recherches : et ce qui doit augmenter cet intérêt, c’est que M. de la Pérouse n’était pas de ces aventuriers qui provoquent de grandes entreprises, soit pour se faire par elles un nom fameux, soit pour les faire servir à leur fortune ; il n’avait pas