Page:La Pérouse - Voyage de La Pérouse, Tome 1.djvu/8

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


PRÉFACE

DU RÉDACTEUR.


Le public, accoutumé à l’idée pénible de la perte qu’a dû entraîner celle des deux bâtimens de l’expédition malheureuse commandée par la Pérouse, sera surpris de la publication du journal de son voyage. Le décret de l’Assemblée constituante qui a ordonné l’impression des cartes et mémoires envoyés par ce navigateur, a dû cependant annoncer que nous n’étions pas entièrement privés du fruit de sa campagne. Sa prévoyance lui fit non-seulement saisir, mais chercher les occasions d’envoyer ses journaux en Europe. Il eût été à souhaiter que l’amour-propre des savans embarqués avec lui, leur eût permis de se détacher de même du fruit de leurs travaux ; nous n’aurions pas à en regretter la perte presque totale.

La Pérouse, livré aux détails difficiles et nombreux qu’entraînait le commandement