Page:La Propriété littéraire sous le régime du domaine public payant.djvu/28

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 26 —

tion qu’il faudra payer. C’est à elle aussi que s’adresseront les héritiers pour faire reconnaître leurs droits. Il y aura une caisse et une comptabilité. Il faudra un bureau du contentieux. Il faudra aussi un assez grand nombre d’inspecteurs pour surveiller les tirages par toute la France, et empêcher une contrefaçon d’autant plus dangereuse qu’une fois le délit commis, il sera insaisissable. Les exemplaires dispersés, comment constater que le tirage a été dépassé ? Timbrera-t-on les exemplaires ? Permettra-t-on les clichés ? Tout cela ne laissera pas que d’exiger un personnel assez nombreux. Des bureaux, une caisse, une direction, une intervention de l’État pour administrer et défendre la propriété privée, c’est une invention nouvelle, et qui avec le temps pourra faire des progrès. Mais pour la simplicité nous préférons l’ancien usage qui laisse à chaque propriétaire la garde de son bien et la défense de son droit.