Page:La Révolution surréaliste, n02, 1925.djvu/21

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LE SANGLANT SYMBOLE 19 LE SANGLANT SYMBOLE Nouvelle par Jean-Quand la grande Lutte s’était dressée sur un horizon de décadence, Théodore Letzinski terminait de brillantes études de médecine ; il était de ceux dont on dit : « Celui-là ira loin. » Son profil slave et sa parole imprégnée du charme de même marque étaient bien connus dans les milieux de la Pensée Libre. Théodore Letzinski comme tous les étudiants russes était anarchiste ; et ses yeux légèrement fendus en amande, très doux, avaient des éclairs quand on parlait des possessions que son père avait sur les bords du Diachylon. La mobilisation, fiévreuse de choses secouées, le surprit en plein rêve. Frappé dans ses croyances les plus chères d humanité, il fut mobilisé en tant qu’infirmier militaire, vaguement ému de revêtir cest uniforme exécré, qui s agrandissait des événements. Et puis, non encore gagné à la cause Civilisée qui maigre lui le prenait pour prosélyte, Théodore Letzinski partit au feu, un jour qu’il faisait chaud et qu’il relisait Kropotkine, Karl Marx et P. de Malpighi. Alors la conversion sainte s opéra ; le vieux sang de ses aïeux frémit en lui et le guerrier antique porteur du knout à huit noeuds s’éveilla. Il fut sur le point de tuer plusieurs boches et on le rencontrait dans le dédale des tranchées, l’oeil étrange et se trappant la poitrine. Il y eut une attaque. Le premier, et malgré l’insigne pacifique de son bras, il s’élança, et sans entendre les balles qui mordaient son corps ascétique, ne s’arrêta que dans la troisième ligne allemande, seul. Et puis il s’affaissa. Un officier allemand, comme c’est l’usage, commanda qu’on lui coupât les poignets. Puis avec un sourire : « Que l’on m’apporte les dépêches », dit-il. Et il lut les succès de son empire à l’agonisant, Verdun pris... Varsovie Michel STROGOFF et le Malpighi en flammes, le décervelage de M. Poincaré... L oeil fixe et slave, Théodore Letzinski écoutait. Son sang coulait tout doucement et commençait à mouiller les genoux de ceux qui I entouraient ; quelques allemands Y plongèrent leur quart et burent. Théodore Letzinski semblait ne rien sentir ni ne rien voir ; à l’aide de ses moignons horribles et de ses dents, il se livrait à une étrange opération. L officier prussien continuait son horrible lecture. «Toutes les églises livrées à M. Barrés, le secret de poésie abandonné par A... B... » Théodore, exsangue ne pouvait plus parler. Mais son travail était terminé — sur I horrible bouillon pourpre qui montait toujours — mer mer épouvantable —• il abandonna un SYmbole. Un petit bateau de papier flottant. JACQUESVACHÉ. MaxErnst