Page:La Revue blanche, t27, 1902.djvu/343

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


de matière, mais nous prêtons au créateur du mouvement le pouvoir de créer de la matière. En sommes-nous plus avancés ? Nous avons seulement ajouté un mot à d’autres mots ! Est-il plus simple de dire : « Il y a de la matière en mouvement », ou bien : « Il y a eu quelqu’un que nous ne connaissons pas et qui a créé de la matière et du mouvement » ? C’est affaire de goût.

On aura beau raisonner, on n’empêchera pas les hommes de se prendre à la magie des mots et des comparaisons.

Je me rappelle avoir appris au lycée qu’on donne le nom de force à toute cause capable de modifier l’état de repos ou de mouvement d’un corps. Cette définition me laissait assez froid, car les mots force et cause me paraissaient équivalents ou à peu près. Mais le professeur ajouta : « Il faut distinguer dans la force le point d’application, l’intensité et la direction », et il dessina sur le tableau une flèche dont l’extrémité postérieure représentait le point d’application de la force, la direction, la direction de la force, et la longueur, l’intensité de la force rapportée à une certaine unité. Oh ! alors, je fus convaincu ! Cela existe sûrement, une force, puisqu’on peut la figurer sur un tableau ! Comment supposer qu’une chose qu’on peut représenter n’existe pas !

C’est ainsi que s’introduit dans le cerveau des jeunes gens une notion qui leur permettra ensuite de croire aux principes immatériels. Une force c’est quelque chose de fort qui agit sur la matière. La vie, c’est quelque chose de fort qui agit sur les corps.

On comprendra plus tard que ce qu’on appelle force est en réalité une résultante de mouvements, que ce qu’on appelle vie est également une résultante de mouvements, mais on continuera à dire que la force et la vie engendrent des mouvements. Et puisqu’on aura des mots pour le dire, on croira que cela a un sens. Le Dr Bard a démontré que la vie est une force à direction circulaire ! Le mot direction est contradictoire du mot circulaire, mais peu importe ! Beaucoup de gens ont admiré la définition du Dr Bard.

Le Dr Grasset conclut, de son étude sur les limites de la Biologie, que « chacun peut, s’il le croit bon et sans contradiction, aller successivement à son laboratoire et à son oratoire » (p. 161). Évidemment, il est permis à un savant d’avoir de l’imagination ; il est même impossible qu’il n’en ait pas, mais il n’y a aucune raison pour que l’imagination d’un savant soit meilleure ou plus mauvaise que celle des autres hommes. Le savant qui entre à son oratoire laisse son esprit scientifique à la porte. Souhaitons qu’il l’y retrouve en sortant.

Félix Le Dantec