Page:La fondation de l'Etat indépendant du Congo au point de vue juridique, par Gustave Moynier.djvu/34

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 32 —

moment où il prenait place sur la scène de l’histoire, à énumérer certaines obligations auxquelles il ne pouvait se soustraire, et qui étaient propres à imprimer à sa ligne de conduite un caractère tout à fait original.

En succédant à l’Association internationale, cet État, en effet, n’a pas seulement hérité d’elle des droits territoriaux. Il a dû endosser, du même coup, la responsabilité d’engagements qu’elle avait pris et qui se trouvent consignés, soit dans les divers traités conclus par elle pour la reconnaissance de son drapeau, soit dans l’Acte général de Berlin. C’est là qu’apparaissent au premier plan les idées libérales et les vues charitables que j’ai signalées, en commençant, comme deux des cadeaux enveloppés dans les langes du nouveau-né. Leur exposé pourrait fournir matière à de longs développements et à des commentaires intéressants, mais je dois m’en abstenir, pour ne pas abuser de la bienveillance de mes auditeurs.

Il n’en est pas, d’ailleurs, de ce chapitre comme des précédents. Pour ces derniers, j’étais en présence d’un sujet presque neuf, n’ayant fait jusqu’à ce jour l’objet d’aucun écrit spécial, et il m’a fallu en dégager les éléments de données éparses, parfois insuffisantes. Mais ici, je me trouve sur un terrain parfaitement connu, où ont passé avant moi de nombreux publicistes, dont je ne pourrais que reproduire les indications. Je me bornerai donc à un aperçu très sommaire.


Le gouvernement congolais ne peut interdire à personne l’accès de son territoire, qui reste absolument ouvert aux gens de toutes nationalités, pour y naviguer en tous sens, s’y établir, y exercer leur industrie, y trafiquer, y acquérir des biens meubles et immeubles, en un mot pour s’y mouvoir et y vivre dans la plus complète liberté, l’État n’intervenant que pour favoriser cette activité universelle, en faisant régner l’ordre et la sécurité. On a comparé, avec assez de