Page:Labelle, Choquette - Rapport sur les stations agronomiques d'Ottawa et Guelph, Rapport sur diverses stations agronomiques des États-Unis, 1889.djvu/14

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

le développement d’une plante, d’un fruit… toutes chose égales d’ailleurs sera différent selon que la saison sera plus ou moins chaude, plus ou moins pluvieuse ou venteuse.

Les instruments, peu dispendieux, employés dans ce but sont l’anémomètre qui enregistre la direction et la vitesse des vents, le pluviomètre qui donne la quantité de pluie tombée dans un temps donné, le baromètre et les thermomètres à maxima et a minima.


Pour nous résumer, et pour résumer en même temps la description d’une station agronomique ou expérimentale à peu près complété, telle que celle que nous avons visitée à Guelph. nous disons que cet établissement se compose : 1o. D’un « Laboratoire de chimie » convenablement aménagé non seulement pour l’étude des sols, des engrais chimiques, des plantes fourragères, des eaux, du lait, du beurre et du fromage, mais de plus pour l’analyse de toutes les substances dont le cultivateur et l’industriel peuvent désirer connaître la composition et la valeur.

2o. D’un « jardin d’expériences, » d’une étendue de quatre à cinq arpents carrés, divisé en parcelles numérotées dont la composition chimique est soigneusement étudiée et notée. C’est dans ce jardin que se font les essais des semences et des grains divers apportés d’une terre étrangère ou d’un autre climat. C’est là qu’on détermine la fertilité naturelle des sols vis-à-vis telle ou telle semence et leur fertilité artificielle sous l’action d’engrais chimique.

La serre-chaude dans laquelle se pratiquent les essais de germination des graines est généralement construite dans le jardin d’expériences.

3o. D’une « étable d’expérience » pour le bétail, présentant assez d’espace pour loger en même temps deux ou trois animaux, contenir une balance et les divers fourrages, grains etc., avec lesquels on désire expérimenter.

4o. D’une petite « station météorologique » installée à peu de frais.


L’objet de la station expérimentale peut être défini comme suit :

(a) Constater le pouvoir germinatif et la pureté des grains de semence et de toutes autres graines utiles en agriculture.

(b) Éprouver, par des cultures expérimentales, la vigueur et l’adaptabilité à notre climat des diverses variétés de blé et des autres céréales, des plantes fourragères nouvelles, des fruits, des légumes, etc.