Page:Laberge - Hymnes à la terre, 1955.djvu/95

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
89
UN SAINT EST ENTRÉ DANS MA MAISON

— Venez alors à l’oratoire Saint-Joseph auquel je suis attaché. Mon nom est frère Philippe. Demandez simplement le Petit Vieux. C’est ainsi qu’on me nomme et c’est sous ce nom que je suis connu.

Resserrant sa pèlerine sur ses épaules, il se dirigea vers la porte. J’étais tellement bouleversé par ces paroles si humbles que je ne pouvais articuler un mot, ni faire un geste. J’aurais voulu saisir sa main et la porter à mes lèvres en signe de vénération, mais je sentais que son extrême modestie aurait été choquée. blessée, par cette marque de respect et d’admiration et je restai là, muet.

Le vieil homme ouvrit la porte et franchit mon seuil. Il se trouva dans l’air glacé et le vent du nord secoua sa pèlerine. Il s’en allait porter ailleurs les paroles de charité et de réconfort qui débordaient de son grand cœur. Du regard, je le suivis un moment et il me semblait voir une auréole planer au-dessus de la tête de l’humble religieux. Je rentrai dans la pièce qu’il venait de quitter. L’image de celui qui venait de disparaître était dans mon esprit, mais sa présence n’était plus là, et je sentais comme un grand vide causé par son départ. Dès ce moment, j’eus la ferme et inébranlable impression qu’un saint était entré dans ma maison.

Après avoir accompli sa tâche, après avoir rempli sa mission, le frère Philippe est entré dans le repos éternel le 10 septembre 1949. Il était âgé de 75 ans. Il était né à L’Ange-Gardien, le 14 décembre 1874 et était entré en religion en 1893.