Page:Laberge - Visages de la vie et de la mort, 1936.djvu/89

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
81
VISAGES DE LA VIE ET DE LA MORT

Réellement, elle est si vexée qu’elle en perd l’appétit. Au dîner du Jour de l’An, elle n’a pris que quelques bouchées. Et pendant que les sept rejetons de M. Bézières, le plus jeune dans les bras de sa mère, achèvent de manger, Mme Bézières contemple les plats maintenant à peu près vides, puis ses yeux se tournent d’un autre côté et s’arrêtent sur le grand piano qui semble rêver dans un coin de la pièce. Alors, songeant à l’injustice dont elle se croit victime, elle éclate en sanglots, en s’écriant : Ah, les voleurs, les voleurs !