Page:Labiche, Delacour, Choler - Les Chemins de fer, 1867.djvu/127

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ACTE V

Intérieur du cabinet du chef de gare à Croupenbach. — Portes latérales. — Porte au fond ouvrant sur la voie. Table ; sur le bureau, à gauche, appareil de télégraphe électrique. Guichet dans la porte du deuxième plan à droite. Chaises.


Scène première

Colombe, Le Chef de gare


Colombe, est assise sur sa malle, elle tient un grand parapluie rouge et pleure.

Hi ! hi ! hi ! hi !


Le Chef de gare, à droite, assis à la table.

Comment ! vous pleurez encore ?


Colombe.

J’ai perdu mon maître, hi ! hi ! hi ! hi !


Le Chef de gare, à part.

Voilà dix heures qu’elle sanglote… assise sur sa malle ; impossible de la faire bouger de là. (Haut.) Voyons, ma fille, consolez-vous… Il se retrouvera, votre maître.


Colombe.

Pourquoi qu’il n’est pas descendu à Croupenbach avec moi ?


Le Chef de gare.

Ca, je n’y comprends rien… Vous me dites qu’il est parti hier soir de Paris avec vous.


Colombe.

Et Madame… et Mademoiselle… Seulement, comme j’étais incommodée… pour avoir fini le melon, ils m’ont fourrée dans le wagon des dames ; mais à la première station,