Page:Labiche, Delacour, Choler - Les Chemins de fer, 1867.djvu/131

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Le Chef de gare, indiquant une pancarte.

Voyez le règlement.


Ginginet.

C’est bien malin ! le règlement, c’est vous qui le faites, le règlement.

Il paye le chef de gare.

Jenny, en anglais

I want some tea.

Je veux du thé.


Ginginet, à Jenny.

Tu as retrouvé les billets ?


Lucien.

Non, Mademoiselle voudrait prendre le thé.


Ginginet.

Ah ! elle est insupportable ! Dès qu’elle ouvre l’œil, c’est pour demander du thé ! Colombe !


Colombe, venant près de Ginginet.

Monsieur !…


Ginginet.

Tu vas aller à l’hôtel en face et tu nous commanderas un fort fricandeau à l’oseille et un bondon pas trop fait.


Colombe.

Oui, monsieur.


Lucien.

Et le thé ?


Ginginet, à Colombe.

Tu diras aussi qu’on lui prépare sa tisane, et tu enverras quelqu’un à la maison… (se reprenant) au château, chercher la voiture.


Le Chef de gare.

En attendant, si ces dames veulent passer dans le salon d’attente… pour se sécher… je vais faire allumer du feu.


Clémence.

Volontiers !


Lucien.

Moi, je vais m’occuper de nos bagages.


Le Chef de gare, à Lucien.

La salle des bagages est ici.

Il indique la porte à gauche. Ginginet, Clémence, Jenny et le chef de gare entrent à droite et Lucien à gauche.


Scène IV

Colombe, Tapiou ; puis Le Chef de gare