Page:Labiche, Delacour, Choler - Les Chemins de fer, 1867.djvu/62

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Tapiou.

Un accident… Je graissais, sans ostentation… Tout à coup, v’là une dame qui monte… sa robe s’étale par-dessus mon pot… Paf ! je lui plaque de ma sauce… sans le vouloir… Un rien… gros comme une noisette… ou un œuf de pigeon…


Bernardon.

Ah ! diable !

Tapiou. — Elle crie… Je lui dis en souriant : Madame, il n’y a pas de mal… c’est du saindoux… Alors elle m’appelle : Butor !… animal - Ah mais ! madame… - Insolent ! — Méchante cocotte ! Le Chef de gare arrive… et elle lui demande trois cents francs de dommages et intérêts !… trois cents francs !… et il n’y a qu’un quart d’heure que je suis en fonctions !


Bernardon.

Sois tranquille ! nous arrangerons ça !


Tapiou.

Non !… je demande une autre place.


Bernardon.

Déjà ?


Tapiou.

Quelque chose de pas difficile à faire… à la campagne.


Bernardon, à part.

Tiens ! à la campagne !… c’est une idée ! (Haut.) J’aurais peut-être ton affaire… mais à soixante lieues d’ici…


Pauline.

Soixante lieues !


Tapiou.

En bon air ?… pas pour graisser ?


Bernardon.

Non…