Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/112

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Fadinard, soulevant un peu la serviette.

Vous prenez un bain de pieds ? Ne vous dérangez pas… je n’ai que peu de chose à vous dire… (Il prend la bouilloire.)


Beauperthuis.

Je ne reçois pas… je ne suis pas en état de vous écouter !… j’ai mal à la tête.


Fadinard, versant de l’eau chaude dans le bain.

Chauffez votre bain…


Beauperthuis, criant.

Aïe ! (Lui arrachant la bouilloire qu’il repose à terre.) Voulez-vous laisser ça ! Que demandez-vous, monsieur ? Qui êtes-vous ?


Fadinard.

Léonidas Fadinard, vingt-cinq ans, rentier… marié d’aujourd’hui… Mes huit fiacres sont à votre porte.


Beauperthuis.

Qu’est-ce que ça me fait, monsieur ? Je ne vous connais pas.


Fadinard.

Ni moi non plus… et je ne désire pas faire votre connaissance… Je veux parler à madame votre épouse.


Beauperthuis.

Ma femme !… vous la connaissez ?


Fadinard.

Pas du tout ! mais je sais à n’en pas douter qu’elle possède un objet de toilette dont j’ai le plus pressant besoin Il me le faut !


Beauperthuis.

Hein ?