Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/120

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Hélène, tremblante.

Papa, ne me quittez pas !


Bobin.

Ne la quittons pas !


Nonancourt.

Sois paisible, mon ange… J’ai prévu ton émoi… j’ai stipulé quatorze lits de sangle pour les grands parents. Quant aux petits, ils coucheront dans les fiacres…


Bobin.

À l’heure !


Vézinet, tenant un tire-bottes, à Nonancourt.

Dites donc… j’ai trouvé un tire-bottes…

Nonancourt - Zut !… Va, ma fille ! (Avec un soupir.) Heue !…


Bobin, soupirant.

Heue !…

Chœur

Air : Zampa

Elle a sonné l’heure mystérieuse
Qui du bonheur me garde les secrets.
Qui du bonheur te garde les secrets.
Qui du bonheur vous garde les secrets.
Puisse à jamais l’hymen me rendre heureuse.
Puisse à jamais l’hymen te rendre heureuse.
Puisse à jamais l’hymen vous rendre heureuse.
Et t’épargner les pleurs et les regrets.
Et vous sauver les pleurs et les regrets.

Les dames emmènent la mariée dans la chambre à la gauche du fond. — Bobin veut s’élancer ; Nonancourt le retient et le fait entrer dans la chambre de droite en lui donnant son myrte. — Vézinet disparaît derrière les rideaux de l’alcôve du fond qui se ferment.