Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/124

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Beauperthuis.

Monsieur, je ne dois pas me prêter…


Fadinard.

Dépêchons-nous… voici l’échantillon… (Il le lui montre.)


Beauperthuis, à part, voyant l’échantillon.

Grand Dieu !


Fadinard.

Paille de Florence… coquelicots…


Beauperthuis, à part.

C’est bien ça ! c’est le sien !… et elle est chez lui… Les gants de Suède étaient une craque !


Fadinard.

Voyons… combien ?…


Beauperthuis, à part.

Oh ! il va se passer des choses atroces… (Haut.) Marchons, monsieur. (Il lui prend le bras.)


Fadinard.

Où ça ?


Beauperthuis.

Chez vous !


Fadinard.

Sans chapeau ?

Beauperthuis. Silence ! (Il écoute vers la chambre où est Hélène.)


Virginie, entrant par le fond.

Monsieur, je viens du Gros-Caillou… personne !


Beauperthuis, écoutant.

Silence !