Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/169

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Machavoine.

Eh bien, quoi ?… je chuis porteur d’eau… je ai mes seaux et je crie : À l’eau… oh !

Air nouveau

À l’eau !
C’est mon refrain,
Mon gagne-pain.
À l’eau,
Oh ! oh ! oh !
À l’eau !

I

On fait fortune à sa manière,
C’est à qui sera l’ plus malin.
Moi, c’est le long de la rivière
Que je veux faire mon chemin !
À l’eau !
Etc

II

Un homm’ comm’ moi porte à la ronde
Chez l’ riche et l’ pauvre… C’est certain,
D’ l’eau… j’en fournis à tout le monde,
J’en fournis même au marchand de vin !
À l’eau !

Etc.

Il dépose ses seaux.


Prunette, à part.

Ces Auvergnats !… C’est-y bien bâti !… (Haut.) Eh bien, quoi que vous voulez ?… Voyons !


Machavoine.

Je veux parler au bourgeois… pour des affaires à part…


Prunette.

Un secret ?


Machavoine.

Oui !…


Prunette.

Qu’est-ce que c’est ?…