Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/242

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Edgard, tragiquement.

Répondez !!! (À part.) Ca me tire d’affaire !


Florestine.

C’est… c’est le fils du tailleur qui lui montait son lait.


Edgard, avec indifférence.

Ah ! (À part.) Ca m’est complètement égal.

Il va prendre son chapeau.


Florestine.

Les jambes me rentrent.

Elle s’étend dans le fauteuil de madame Beaudeloche, devant la cheminée.


Edgard, à part.

Eh bien, la voilà qui s’installe dans la ganache à maman !

Il va pour sortir.


Florestine.

Il ne fait pas chaud ici… Edgard, mettez donc une bûche.


Edgard, étonné, posant son chapeau à droite.

Une bûche ?… Oui… oui… (Il va prendre une bûche dans le coffre à bois et dit à part :) Si c’est pour ça que j’ai endossé une cravate blanche ! (En mettant la bûche au feu, il aperçoit la pendule.) Credié ! cinq heures moins un quart ! (Haut.) Florestine… ma petite Florestine !…


Florestine.

Quoi ?


Edgard.

Je reviens !

Fausse sortie.


Florestine.

Où allez-vous donc ?