Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/261

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Edgard, continuant avec feu sans voir Florestine.

Au moment de nous marier… de nous unir pour toujours…


Henriette.

Prenez donc garde !… vous chiffonnez mes manchettes !…


Edgard.

Quand je vous regarde, toutes les autres femmes me font l’effet de femmes de chambre !… d’affreuses petites femmes de chambre !…


Henriette, voulant se dégager.

Je crois qu’on m’appelle !… (Saluant.) Monsieur… je suis heureuse de vous savoir rétabli.

Elle sort par l’angle de droite.


Edgard, à part.

Je suis heureuse ! comme elle évite le cuir !… c’est un ange ! Ah ! on me trouve tiède ! (Il se retourne pour l’embrasser encore et aperçoit Florestine.) Ah ! sacrebleu ! ah ! sacrebleu !!!


Scène XII

Edgard, Florestine.



Florestine, se levant vivement.

À nous deux, monsieur !


Edgard, brusquement.

Qu’est-ce que vous faites là ? Pourquoi n’êtes-vous pas à Asnières ?… Le premier arrivé devait attendre l’autre !


Florestine, avec colère.

Je suis venue…