Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/291

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Scène première

Une chambre richement décorée et meublée ; au fond, au milieu, une alcôve dont les rideaux sont fermés ; au fond, à droite, la porte principale, ouvrant sur une antichambre ; portes latérales, à droite et à gauche, au deuxième plan : celle de droite conduisant à la chambre de la baronne, celle de gauche à la chambre de Marie, à droite, premier plan, une fenêtre, près de laquelle sont un guéridon et un fauteuil ; à gauche, premier plan, une cheminée avec une glace ; près de la cheminée, une toilette et un fauteuil ; à droite et à gauche, troisième plan, un petit meuble, tapis, fleurs, flambeaux allumés.

Marie ; puis La Baronne ; puis Saint-Germain



Marie, fermant les rideaux de l’alcôve avec humeur.

À la fin des fins, elle dort… c’est pas malheureux !… Quelle scie que les enfants !… celle-là surtout… elle est gâtée !… (S’adressant au lit.) Si t’étais à moi, va !… je t’en flanquerais de la docilité…