Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/364

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Dardard.

Et, à Bordeaux, quand on aime, quand on distingue une jeune fille au spectacle, on ne s’informe ni de son rang, ni de son nom, ni de son sexe…


Pontbichet.

Mais, monsieur…


Dardard, s’animant.

On la suit. Si elle monte dans un fiacre, on galope, on traverse les ponts, on rejoint le sapin, on grimpe derrière…


Pontbichet.

Mais, monsieur…

Dardard, de même - On reçoit un coup de fouet, v’lan ! ça ne fait rien… on tombe, on se relève, on arrive chez le père…


Pontbichet.

Mais, monsieur…


Dardard, continuant.

Un gros qui dort ; on lui dit : "Réveillez-vous, habillez-vous, mariez-nous ! "


Pontbichet.

Est-ce que vous êtes tous comme ça à Bordeaux ?


Dardard.

Tous !


Pontbichet.

Eh bien, à Paris, c’est différent ; quand on nous réveille… nous prenons un bâton, bien rond, que nous cassons, sans façon, sur le Gascon.


Dardard.

Tiens, nous jouons au corbillon ! qu’y met-on ?


Pontbichet.

Terminons…