Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/369

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Colardeau, dans la coulisse.

Hein ?… je dors !


Pontbichet.

C’est égal, lève-toi.


Colardeau, de même.

C’est vous, monsieur Pontbichet ?


Pontbichet.

Oui, dépêche-toi.

La porte s’entrouvre, et la tête de Colardeau paraît coiffée d’un bonnet de coton.


Colardeau.

Vous êtes incommodé, beau-père ?


Pontbichet.

Non, Colardeau, je m’ennuie…


Colardeau, riant très fort.

Ah ! ah ! ah !


Pontbichet, à lui-même.

J’ai encore dit quelque chose de drôle. (À Colardeau, qui rit toujours.) C’est bien… Je t’ai réveillé pour que tu me tinsses compagnie.


Colardeau.

Compagnie ? tout de suite ?


Pontbichet.

Parbleu ! ce n’est pas la semaine prochaine.