Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/39

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Émile, s’asseyant à droite.

Vous avez un cheval qui marche bien, monsieur.


Fadinard.

Pas mal… Vous êtes bien bon… Est-ce que vous l’avez suivi à pied ?


Émile.

Du tout, monsieur : j’ai fait monter mon brosseur derrière votre voiture…


Fadinard.

Ah ! bah !… Si j’avais su !… (À part.) J’avais mon fouet…


Émile, durement.

Si vous aviez su ?


Fadinard.

Je l’aurais prié de monter dedans… (À part.) Ah ! mais… il m’agace, l’Africain !


Anaïs.

Émile, le temps se passe, abrégeons cette visite.


Fadinard.

Je suis tout à fait de l’avis de Madame… abrégeons… (À part.) J’attends ma noce.


Émile.

Monsieur, vous auriez grand besoin de quelques leçons de savoir-vivre.


Fadinard, offensé.

Lieutenant ! (Émile se lève. Plus calme.) J’ai fait mes classes.


Émile.

Vous nous avez quittés fort impoliment dans le bois de Vincennes.


Fadinard.

J’étais pressé.