Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/393

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


aux environs de Loches, une sous-préfecture… Indre-et-Loire… Voilà des faits ! Quant à ce M. Dardard, je vais lui écrire… pour lui donner des détails. C’est ça. (Il se met à la table et écrit.) "Monsieur, je vous apprends…" (Parlé.) Combien mettent-ils de P à apprendre ?… trois ! s’il en trouve de trop… il en ôtera…

Il continue à écrire.


Scène X

Colardeau, Dardard



Dardard, sans voir Colardeau.

Ah ! j’en ai mal à la gorge… c’est éreintant de se débattre comme ça avec une sourde… Elle est laide !… c’est étonnant, avoir une fille aussi jolie… Après ça, la nature se plaît aux antithèses.

Air : Partie et Revanche

D’où nous vient l’odorante rose ?
De sa graine on cache le nom.
D’un ognon l’iris est éclose,
C’est bien pis pour le champignon !
J’en rougis pour le champignon !
Nous devons, hélas ! aux chenilles
Le papillon, si beau, si frais.
Et pour avoir de belles filles,
Il faut greffer… des Pontbichets !


Colardeau, écrivant sans voir Dardard.

Un enfant… (Cherchant.) Combien mettent-ils d’F à enfant…