Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/42

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Anaïs.

Que M. Tavernier… est… mon cousin… Nous avons été élevés ensemble…


Fadinard, à part.

Je connais ça… C’est son Bobin.


Anaïs.

Et si j’ai consenti à accepter son bras… c’est pour causer de son avenir… de son avancement… pour lui faire de la morale…


Fadinard.

Sans chapeau ?…


Émile, soulevant une chaise et en frappant le parquet avec colère.

Morbleu !…


Anaïs.

Émile ! pas de bruit !…


Émile.

Permettez, madame…


Fadinard.

Ne cassez donc pas mes chaises !… (À part.) Je vais le flanquer du haut de l’escalier… Non… il pourrait tomber sur la tête de ma noce.


Émile.

Abrégeons, monsieur…


Fadinard.

J’allais le dire… vous m’avez pris mon mot, j’allais le dire !

Émile - Voulez-vous, oui ou non, faire des excuses à Madame ?