Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/433

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Tourterot et Gélinotte.

Sans nous, là-bas sa vie
Etait remplie (bis)
D’ennui mortel !
Mais par la fuite,
César s’abrite
Sous le toit paternel !


Poupardin et Camille.

Blâmant déjà sa vie,
je l’ai flétrie (bis)
Arrêt cruel !
Car, son mérite
Dément bien vite
Le portrait paternel !


Poupardin.

Comment ! C’est là M. Votre fils ?


Tourterot.

Oui, sans doute… (À César.) M. Poupardin et sa fille.


César, saluant.

Monsieur… mademoiselle…


Tourterot, bas à César.

Allons, ho ! du combustible !


César.

Excusez-moi de me présenter dans un pareil négligé… mais, vous le savez, les voyageurs ont des privilèges…


Camille, à part.

Il est beaucoup mieux que son signalement.


César.

Et si quelque chose peut me consoler de m’offrir ainsi à vous avec tout le sans-gêne du débotté, c’est que les rigueurs