Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/447

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



César, bas à Tourterot.

Mon père !…


Tourterot, bas à César.

Chut ! ça flatte un veuf.


Poupardin, à lui-même.

Vingt-six ans ! quel soupçon !… (Regardant César.) Oui, ce nez, ces yeux… (Allant à César.) Jeune homme, votre âge ?


César.

Comment ?


Tourterot.

Un fier âge, allez, pour le conjugo… vingt-cinq ans aux chasselas.


Poupardin.

Juste ! Ah ! j’éprouve un je ne sais quoi !…

Il défaille.

Tourterot, le soutenant.

Qu’est-ce qui lui prend ?


Poupardin, à César, avec effusion.

Ah ! mon ami, s’il était possible que vous connussiez, que vous apprissiez…


César.

Quoi ?


Tourterot.

Quoi ?


Poupardin, regardant Tourterot avec compassion.

Rien… rien… (À part.) Je ne puis pourtant pas lui dire, à ce malheureux.. (Haut.) Mais la joie… l’émotion…


César.

Que signifie ?