Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/466

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Lenglumé.

Deux labadens !… tout s’explique ! Lenglumé !… Oscar Lenglumé !


Mistingue.

Ah oui, une grosse bête !


Lenglumé.

C’est ça !… il me reconnaît !


Mistingue.

Et moi, Mistingue !


Lenglumé.

Ah ! très bien : un piocheur !… Il me semble que j’y suis encore : premier prix de vers latins, l’élève Mistingue, né à Chablis…


Mistingue.

C’est pourtant vrai !… Est-on bête quand on est jeune !


Lenglumé, à part.

Un prix de vers latins !… Il doit être dans une très bonne position, ce gaillard-là.


Mistingue, à part.

Il est crânement meublé !


Lenglumé, lui tendant la main.

Comment te portes-tu ?


Mistingue.

Pas mal. Et toi ?


Lenglumé.

Ce brave Mistingue !


Mistingue.

Ce brave Lenglumé !