Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/58

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Clara.

Mon compliment, monsieur Tardiveau… vous arrivez de bonne heure.


Tardiveau.

Mademoiselle… ce n’est pas ma faute… je me suis levé à six heures… (À part.) Dieu ! que j’ai chaud !… (Haut.) J’ai fait mon feu, j’ai fait ma barbe, j’ai fait ma soupe, je l’ai mangée…


Clara.

Votre soupe !… Qu’est-ce que cela me fait ?


Tardiveau.

Je ne peux pas prendre de café au lait… ça ne passe pas… et, comme je suis de garde…


Clara.

Vous ?


Tardiveau.

Alors, j’ai été ôter ma tunique… parce que, chez une modiste… l’uniforme…


Clara.

Ah çà, mais, père Tardiveau, vous avez plus de cinquante-cinq ans…


Tardiveau.

J’en ai soixante-deux, mademoiselle… pour vous servir.


Clara, à part.

Merci bien.


Tardiveau.

Mais j’ai obtenu du gouvernement la faveur de continuer mon service…


Clara.

En voilà du dévouement !