Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/70

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Bobin.

Le polisson !


Hélène.

C’est affreux !


Nonancourt.

Le jour de ses noces !


Vézinet, qui n’a rien entendu, à Tardiveau.

La seconde est d’être Français… ou tout au moins naturalisé.


Nonancourt, à Tardiveau.

Arrêtez !… Ça n’ira pas plus loin !… Je romps tout… Biffez, monsieur, biffez ! (Tardiveau biffe.) Je reprends ma fille. Bobin, je te la donne !


Bobin, joyeux.

Ah ! mon oncle !…


Scène V

Les Mêmes, Fadinard



Tous, en voyant paraître Fadinard.

Ah ! le voilà !

Chœur. Ensemble

Air : C’est vraiment une horreur

(Tentations d’Antoinette, fin du 3e acte)
Ah ! vraiment c’est affreux !
C’est un trait scandaleux !
C’est honteux !
Odieux !
Oui, c’est monstrueux !