Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/93

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Votre amie
Vous remercie.
Heureux jours
Qui toujours
Près de vous me semblent trop courts.
Je vous ai promis
Un chanteur exquis :
Saluez, voici
Le fameux Nisnardi.

Fadinard, à part

Qui, moi, Nisnardi !
Que diable est ceci ?

La Baronne

Rival du grand Rubini !

Fadinard

Mais non !… quelle erreur !

La Baronne, souriant

Taisez-vous, monsieur
De Bologne les bravos
Ont des échos.

Fadinard, à part

Pour rester ici,
Soyons Nisnardi
Au lieu de Fadinardi.

(Parlé.) Je ne le nierai pas, mesdames… je suis Nisnardi ! le grand Nisnardi !… (À part.) Sans ça, on me flanquerait à la porte.


Tous, saluant.

Signor !…


La Baronne.

En attendant que nous soyons tous réunis pour applaudir