Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 02.djvu/100

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
90
LE VOYAGE DE MONSIEUR PERRICHON

quart… dans les bois de la Malmaison. Le rendez-vous est à la porte du garde… Il appartient à votre haute administration de veiller sur la vie des citoyens. Un des combattants est un ancien commerçant, père de famille, dévoué à nos institutions et jouissant d’une bonne notoriété dans son quartier. Veuillez agréer, monsieur le préfet, etc. etc. » S’il croit me faire peur, ce commandant !… Maintenant l’adresse… (Il écrit.) « Très-pressé, communication importante… » Comme ça, ça arrivera… Où est Jean ?


Scène XIII


Perrichon, Daniel, puis Madame Perrichon,
Henriette
, puis Jean



DANIEL, entrant par le fond, sa lettre à la main.

Impossible de trouver ce domestique. (Apercevant Perrichon.) Oh !

Il cache sa lettre.

PERRICHON

Daniel !

Il cache aussi sa lettre.

DANIEL

Eh bien, monsieur Perrichon ?


PERRICHON

Vous voyez… je suis calme… comme le bronze ! (Apercevant sa femme et sa fille.) Ma femme, silence !

Il descend.

MADAME PERRICHON, à son mari.

Mon ami, le maître de piano d’Henriette vient de nous envoyer des billets de concert pour demain… midi…