Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 02.djvu/105

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



PERRICHON

Calme comme le bronze !


DANIEL

J’ai des épées dans la voiture.


PERRICHON, entr’ouvrant son manteau.

Moi, j’en ai là.


DANIEL

Deux paires !


PERRICHON

Une peut casser… je ne veux pas me trouver dans l’embarras.


DANIEL, à part.

Décidément, c’est un lion !… (Haut.) Le fiacre est à la porte… si vous voulez…


PERRICHON

Un instant ! Quelle heure est-il ?


DANIEL

Dix-heures !


PERRICHON

Je ne veux pas arriver avant midi… ni après. (À part.) Ça ferait tout manquer.


DANIEL

Vous avez raison… pourvu qu’on soit à l’heure. (À part.) Ça ferait tout manquer.


PERRICHON

Arriver avant… c’est de la fanfaronnade… après, c’est de l’hésitation ; d’ailleurs, j’attends Majorin… je lui ai écrit hier soir un mot pressant.


DANIEL

Ah ! le voici.