Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 02.djvu/326

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Malingear, àpart.

Je crois bien… c’est un Lambinet… Ca me coûte deux mille francs !


Madame Ratinois, à part.

Très belle, très belle éducation ! (Haut.) Et cet appartement… est-il libre ?…

Elle se rasseyent.


Madame Malingear.

Il le sera pour le terme… M. Malingear doit le faire décorer… (À son mari.) N’est-ce pas votre intention, mon ami ?


Malingear.

Tu sais bien… (Se reprenant.) Vous savez bien que j’ai rendez-vous aujourd’hui avec l’architecte.


Madame Malingear.

Je vous recommande le petit salon ; il n’est pas présentable.


Malingear.

Vous choisirez les tentures vous-même.


Emmeline, étonnée, à part.

Vous !… Est-ce que papa et maman sont fâchés ?


Madame Ratinois.

Et quel serait le prix ?…


Malingear.

Quatre mille francs.


Alexandrine, entrant, très étonnée.

Monsieur, on vous demande ; c’est un client.


Malingear, Madame Malingear, Emmeline, à part.

Le père !

On se lève.