Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 02.djvu/329

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Madame Ratinois, à part.

Quel intérieur charmant !


Madame Malingear.

J’espère bien, madame, si vous devenez notre locataire, que vous nous ferez l’honneur d’assister à nos petites soirées ?


Malingear, à part.

Elle l’invite !


Madame Ratinois.

Comment donc, madame… vous êtes mille fois trop bonne ! (À part.) C’est du très grand monde !


Madame Malingear.

Vous partez, madame ?


Madame Ratinois.

Oui ! Mais j’emporte l’espoir de revenir bientôt… Je serais bien heureuse, croyez-le, de nouer des relations plus suivies… plus intimes… avec une famille aussi distinguée… que respectable !


Madame Malingear, saluant.

Madame… (Appelant.) Baptiste ! Baptiste !…


Malingear, à part.

Baptiste !… Où prend-elle Baptiste ?


Madame Malingear, à son mari.

Est-ce que vous avez envoyé le valet de chambre en course ?…


Malingear, ahuri.

Le valet de chambre… moi ? non ! (À part.) Nous n’avons jamais eu de domestique mâle !


Madame Malingear.

Ces gens ne sont jamais là quand on a besoin d’eux !