Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 02.djvu/36

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
26
LE VOYAGE DE MONSIEUR PERRICHON

ARMAND

Eh bien, mon cher Daniel ?


DANIEL

Les opérations sont engagées, nous avons commencé l’attaque.


ARMAND

Notre premier soin a été de nous introduire dans le même wagon que la famille Perrichon ; le papa avait déjà mis sa calotte.


DANIEL

Nous les avons bombardés de prévenances, de petits soins.


ARMAND

Vous avez prêté votre journal à M. Perrichon, qui a dormi dessus… En échange, ils vous a offert les Bords de la Saône… un livre avec des images.


DANIEL

Et vous, à partir de Dijon, vous avez tenu un store dont la mécanique était dérangée ; ça a dû vous fatiguer.


ARMAND

Oui, mais la maman m’a comblé de pastilles de chocolat.


DANIEL

Gourmand !… vous vous êtes fait nourrir.


ARMAND

À Lyon, nous descendons au même hôtel…


DANIEL

Et le papa, en nous retrouvant, s’écrie : « Ah ! quel heureux hasard !… »


ARMAND

À Genève, même rencontre… imprévue…