Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 02.djvu/362

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Ratinois.

Je ne dis pas ça ; mais, dans le cas où ça vous aurait gêné… vous auriez pu les ôter.


Robert, naïvement.

Je te remercie… ça ne me gêne pas.


Ratinois.

Il y tient !


Robert.

Je te disais donc que l’homme vaut ce qu’il vaut… Toi, tu as été confiseur…


Ratinois.

Chut !


Robert.

Moi, je suis marchand de bois…


Ratinois.

Chut !


Robert.

Quoi ?


Ratinois.

Il est inutile de dire que j’ai été confiseur, et de crier que vous êtes marchand de bois !


Robert.

Je ne rougis pas de ma profession… Trouves-en une plus belle !


Ratinois.

Magnifique ! elle est magnifique !…


Robert.

Eh bien, alors ?


Ratinois.

Mais tout le monde ne peut pas suivre cette… belle carrière…