Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 02.djvu/393

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Ratinois.

Ah ! très bien ! (À Frédéric.) C’est un emprunt !… Il est superbe ! (Regardant le domestique qui sort.) Mais moins grand que celui de Malingear.

On entend un bruit de voiture.


Frédéric, courant à la fenêtre.

Une voiture ! Ce sont eux !


Ratinois.

Et ma femme qui n’est pas là !… (Appelant.) Constance ! Constance !…


Scène XI

Les Mêmes, M. et Mme Malingear, en grande toilette, robe dorée, Emmeline ; puis Madame Ratinois


La porte du fond s’ouvre et un petit nègre en livrée annonce


Le Nègre.

M., madame et mademoiselle Malingear.


Ratinois, à part.

Un nègre, à présent !… Comme les femmes entendent la mise en scène ! (Allant au devant des Malingear.) Monsieur… madame… mademoiselle !…


Frédéric, saluant.

Mademoiselle Emmeline !…


Madame Malingear, bas à son mari.

Ils ont un nègre ! avez-vous remarqué ?…