Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 02.djvu/470

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Désambois.

Elle vous estime ; elle vous aimera plus tard !


Magis.

L’amour est un feu… l’estime est un lien !


Désambois.

Il faut la faire danser… Savez-vous danser ?


Magis.

Un peu… J’ai fait un travail sur l’origine de nos danses.


Désambois.

Ah ! (À part.) Il est étonnant !


Magis.

La contredanse est originaire de Normandie. Elle passa en Angleterre à la suite de Guillaume le Conquérant…


Désambois, avec admiration.

Il sait tout !… tout ! (À part.) Ce n’est pas du vernis, cela !


Magis.

Plus tard, elle reparut en France vers la fin de l’année 1745.


Désambois, fouillant vivement à sa poche.

Permettez !… 1745… Ah ! je n’ai pas mon carnet !… À propos, quand vous êtes entré, je cherchais un problème. Pourriez-vous me dire quelle est la force motrice d’un moulin à vent, dont le meunier serait très sourd, en pleine rotation, par un vent moyen, sur un angle de cinq degrés huit dixièmes ? Allez !


Magis, très décontenancé.

Hum ! hum !… Certainement… il n’y a rien de plus simple. C’est un calcul !