Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 03.djvu/136

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


bronches… et il m’a ordonné un séjour de quelques mois sous le beau ciel de l’Italie… à Venise !


Colombot, à part.

C’est très adroit !


Vernouillet.

Ah ! mon pauvre ami !


Bocardon.

Quel coup !…


Vernouillet.

Mais j’y pense… vous n’avez personne pour vous soigner.


Célimare.

Ma femme…


Vernouillet.

Elle n’y entend rien !… moi, je suis libre, je suis en vacances… je pars avec vous !


Colombot.

Comment ?


Célimare, à part.

Un crampon !


Bocardon, passant.

Une idée ! Ninette me tourmente depuis longtemps pour voir l’Italie… Si, au lieu de louer une maison de campagne… oui… nous partons avec toi !


Célimare, à part.

Ah ! il n’est pas possible… ils sont vissés !…

Il remonte un peu.


Colombot, d’un ton déterminé.

Allons, il faut en finir… et, puisque Célimare n’a pas le courage de vous avouer ses torts… je vais…