Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 03.djvu/163

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


monsieur, la première chose… (Remarquant que Cyprien s’est rapproché pour l’écouter, il regarde d’abord Bécamel : puis, voyant que celui-ci ne dit rien, il change brusquement de place et continue.) La première chose est de prendre un défenseur : je cours à la salle des Pas-Perdus et j’en choisis un… dans le tas…

Bécamel tape sur sa tabatière avec impatience.


Beaudéduit, piqué.

Monsieur, si je vous ennuie… je vais m’en aller !


Bécamel.

Continuez donc !


Beaudéduit.

Nous arrivons devant le tribunal… mon avocat se lève ! cet animal… octroyez-moi le mot, j’ai des motifs… cet animal.

Il s’arrête en voyant que Bécamel gratte la manche de son habit.


Bécamel.

Eh bien, allez donc !


Beaudéduit, piqué.

Non, j’attends… quand vous aurez fini votre toilette.

Bécamel - C’est de la bougie.


Beaudéduit, à part.

On rencontre parfois dans la vie des gens d’une éducation un peu bien rudimentaire ! (Reprenant.) Cet animal… mon avocat… expose assez bien les faits, il gesticule, lit des morceaux de papier et fourre du latin dans tout ça.


Cécile, à part.

Tiens, du latin !


Beaudéduit.

Jusque-là, il n’y a rien à dire… il avait le droit de faire